Y seront aussi associées de nombreuses villes du département qui n’accueillent pas directement des compétitions lors des Jeux. Tout le monde peut candidater pour porter la flamme : il suffit d’avoir 15 ans minimum.

D’Olympie à Paris, en passant par… la Seine-Saint-Denis. Dans l’amphithéâtre grandiose de la Sorbonne, où était annoncé ce vendredi 23 juin le parcours de la flamme de Paris 2024, les respirations se faisaient plus courtes au moment du dévoilement du tracé officiel.

68 jours de partage et de communion entre le 8 mai 2024 qui verra le feu sacré entrer en France par le Vieux-Port de Marseille et le 26 juillet 2024, date à laquelle il embrasera la vasque dans un endroit encore tenu secret.

Et sur ce parcours national, la Seine-Saint-Denis aura tous les honneurs : durant tout le 25 juillet, soit la veille de la cérémonie d’ouverture, et une partie du 26, la flamme traversera le département, qui accueillera ensuite une bonne partie des épreuves.

A cela il faut ajouter la journée du 27 août, qui se déroulera aussi dans le 93, veille de la cérémonie d’ouverture des Jeux paralympiques.

« La Seine-Saint-Denis était déjà au cœur des Jeux et de l’héritage. Maintenant, elle sera aussi au coeur du relais de la flamme. C’est une grande fierté. », se félicitait son président Stéphane Troussel, présent vendredi à la Sorbonne en compagnie d’Emmanuel Constant, vice-président chargé des JOP et de Mathieu Hanotin, maire de Saint-Denis. « C’est une mobilisation de la population très large. Cela va aussi être le premier moment où la Seine-Saint-Denis va donner à voir son patrimoine, la diversité de sa population et sa jeunesse au monde entier », poursuivait le président de la Seine-Saint-Denis.

Arrivée des Hauts-de-Seine le 25 au matin, la flamme sillonnera toute la journée le département, passant notamment par des villes qui n’accueilleront pas directement d’épreuves.

21 communes au total sont concernées : Aulnay, Aubervilliers, Bagnolet, Bondy, Bobigny, Drancy, La Courneuve, Les Lilas, Livry-Gargan, Montreuil, Neuilly-sur-Marne, Noisy-le-Grand, Noisy-le-Sec, Pantin, Pavillons-sous-Bois, Pierrefitte, Romainville, Saint-Denis, Sevran, Stains et Tremblay.

carte-relais-flamme-1090x560-1

Au soir du 25, la flamme dormira au parc Georges-Valbon de La Courneuve qui, dès le lendemain, se muera en fan zone officielle des Jeux pour la Seine-Saint-Denis, avec possibilité d’y suivre sur écran géant la cérémonie d’ouverture et toutes les retransmissions des épreuves.

En revanche, c’est encore le flou sur l’identité des quelque 200 porteurs de flamme qui seront mis à contribution pour la Seine-Saint-Denis. Même si, de la part du Département, il y a la volonté de refléter la diversité et le dynamisme du territoire. « Il faut que dans le choix des relayeurs, il puisse y avoir une grande diversité de profils : des sportifs, mais aussi des militants de la Seine-Saint-Denis, et ceux qui ont réussi à bâtir concrètement les Jeux : les ouvriers, techniciens, ingénieurs qui ont travaillé à faire sortir de terre le village olympique, la piscine de Saint-Denis, de Marville », soulignait Stéphane Troussel.

Pour le moment, tout le monde a la possibilité de candidater sur un site dédié ouvert par le COJO. Et devenir ainsi un des 10 000 porteurs de flamme, coachés avec bienveillance par un quatuor de « capitaines flamme » : les champions olympiques Florent et Laure Manaudou, le médaillé paralympique de saut en longueur Dimitri Pavadé et la championne d’Europe de para-triathlon Mona Francis.

Quoi qu’il en soit, les 25 et 26 juillet seront donc deux jours de liesse en Seine-Saint-Denis. « Un moment fédérateur, festif, de joie. », se réjouissait Ryadh Sallem, 5 Jeux paralympiques à son actif et joueur de l’équipe de France de rugby-fauteuil déjà qualifiée pour Paris 2024. « La Seine-Saint-Denis, c’est un territoire tellement vivant et jeune! Les Jeux amènent le regard du monde sur nous et la Seine-Saint-Denis, c’est un échantillon du monde. Donc ça ne peut être que bénéfique pour elle. », se réjouissait celui qui soutient activement Cap Solidarité, une association de solidarité basée à Bobigny, qui a beaucoup oeuvré pendant la crise sanitaire.

64 territoires traversés au cours d’une magnifique parade de 68 jours : tel est le programme de la flamme. Allumée à Olympie, en Grèce, la flamme sera ramenée en France par le mythique trois-mâts, le Belem, mis à l’eau en 1894, la même année que la renaissance des Jeux par Pierre de Coubertin.

Son entrée sur le territoire français se fera par Marseille, la plus grecque des villes françaises, le 8 mai 2024. S’ensuivront 68 jours de parcours jusqu’au 26 juillet 2024, cérémonie d’ouverture des Jeux, avec plusieurs temps forts : du 7 au 15 juin, la flamme embarquera à bord du voilier BP11 du skipper Armel Cléac’h pour rallier la Guadeloupe et la Martinique.

Elle reviendra ensuite en métropole où le Mont Ventoux devrait être gravi le 19 juin par une équipe de 24 cyclistes arborant la flamme. Tous les grands sites patrimoniaux seront d’ailleurs visités: le Mont Saint-Michel, les châteaux de la Loire, les plages du Débarquement, la Basilique de Saint-Denis… Un premier passage par Paris s’effectuera les 14 et 15 juillet, pour la fête nationale. Avant donc un grand final les 25 et 26 juillet en Seine-Saint-Denis.

paris2024-carte-relais-flamme-oly-hexagone-drom-fr-a4-scaled-1-212x300
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

À consulter sur le même sujet

  • Actualité

Des billets JO distribués dans les Ehpad

Le Département a invité 21 résident·e·s des EHPAD Camille-Saint-Saëns à...

Tout savoir
  • Actualité

Nawal Meniker, du bonheur en barres

La sauteuse en hauteur du CA Montreuil 93 a battu son record personnel au bon...

Montreuil
Tout savoir
  • Actualité

Améline Douarre, lutteuse surprise !

C’est la bonne surprise de cette semaine ! Améline Douarre du Club Bagnolet...

Bagnolet
Tout savoir
  • Actualité

Elles et ils sont le visage de la Seine-Saint-Denis aux Jeux

Du 26 juillet au 8 août, ces athlètes pourraient bien briller sur les...

Tout savoir